Imprimer

En savoir plus

Pour mieux comprendre les notions d'écologie territoriale et d'économie circulaire

L'écologie industrielle et territoriale (EIT) d’après EIchange (Association d'écologie industrielle et territoriale) :

Une stratégie opérationnelle : avec l’écologie industrielle et territoriale, réconcilier écologie et économie devient possible.

En invitant à s’inspirer du fonctionnement optimal des écosystèmes naturels, l’EIT propose des axes d’amélioration lisibles, compréhensibles et accessibles :

  • valoriser et échanger les matières et énergies;
  • mutualiser les moyens et les services;
  • partager les infrastructures;
  • créer des activités intermédiaires, permettant de combler les chainons manquants dans l’écosystème industriel local entre une activité émettrice d’un côté et une activité consommatrice de l’autre, etc.

L’objectif étant, in fine, de sortir d’un système de production/consommation linéaire, pour tendre vers un système circulaire (en Chine on parle d’ailleurs d’économie circulaire) dans lequel l’usage des flux de matières et d’énergies est optimisé, en circuit court, sur un territoire donné.

 

...d'après Sabine Barles, maître de conférences à l'Institut français d'urbanisme (Paris-VIII) et chercheur au laboratoire Théorie des mutations urbaines :

L’écologie territoriale constitue un champ de recherche interdisciplinaire émergent. Il s’agit de comprendre et d’analyser les circulations énergétiques et matérielles au sein des sociétés et entre les sociétés et leurs milieux, en prenant en compte la dimension spatiale qui y est associée – portée des flux ; effets différés dans l’espace du métabolisme d’un territoire ; variabilité des flux dans l’espace ; etc. – ainsi que les dimensions sociales, économiques, politiques et techniques des flux – ce dont souhaite rendre compte l’adjectif « territoriale ». L’écologie territoriale peut donc être conçue comme une extension de l’écologie industrielle, plus connue.

 

...d'après Benoit Duret (Mydiane), spécialiste dans la gestion durable des ressources et les approches multi-acteurs du développement :

L’écologie territoriale propose de développer une vision innovante du territoire en assimilant son fonctionnement à celui d’un écosystème. C’est une démarche structurante pour la collectivité et ses partenaires visant à optimiser l’utilisation des ressources et mieux gérer les impacts associés. L’écologie territoriale offre un cadre de réflexion pour formaliser le fonctionnement d’un groupe d’acteurs et une méthodologie permettant d’identifier des ressources locales et de planifier les actions visant leur valorisation. L’objectif de cette démarche est de disposer d’une cartographie des flux circulant à travers le territoire d’étude (métabolisme), et de comprendre, par ce biais, les consommations directes (par type, par secteur), et indirectes (flux cachés ou énergie grise), les opportunités de production d’énergie ou de réutilisation de matière par l’identification de nouvelles ressources, les gisements d’économie.

 

"L'économie circulaire, kasako ?" avec Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental - vidéo réalisée par la Jeune chambre économique française

 

"L'économie circulaire : du consommateur à l'utilisateur" - Fondation Ellen MacArthur


L'économie circulaire sur l'agenda national

L'économie circulaire, un enjeu essentiel de la transition écologique

La dernière Conférence environnementale pour la transition écologique qui s’est tenue les 20 et 21 septembre derniers, au Conseil économique, social et environnemental a donné lieu à la 2me feuille de route pour la transition écologique qui fait de l'économie circulaire une priorité.

Le modèle « produire, consommer, jeter » a atteint ses limites. Le développement de l’économie circulaire doit contribuer à changer nos modes de production et de consommation, à réorienter notre politique industrielle, et s’appuyer sur les initiatives des territoires. La réflexion doit porter sur l'ensemble du cycle de vie des produits, dans une chaîne allant de l'amont - la conception des produits, à l’aval - leur recyclage ou leur réemploi, en passant par l'utilisation du produit.

L'économie circulaire implique également un déplacement de la valeur, perceptible dans certains secteurs, de la propriété vers l’usage (économie de la fonctionnalité).

Enfin, l’économie circulaire doit prendre en compte les enjeux de transports et de logistique, les enjeux de lutte contre l'étalement urbain et l'artificialisation des sols, les enjeux de protection de la biodiversité.

La transition vers l’économie circulaire se décline notamment via les objectifs suivants :

  • Intégrer dès leur conception les critères de prolongement de la durée de vie des objets, de réemploi, de leur réparabilité, de leur recyclabilité et de l’intégration de matières premières secondaires ;
  • Accompagner les entreprises, en particulier les PME, dans la valorisation des matières, facteur de compétitivité et d’emploi ;
  • Découpler la production totale de déchets de la croissance économique ;
  • Favoriser l’essor de l’écologie industrielle et territoriale à l’échelle pertinente des territoires et des zones d’activités.

 

Un Institut national de l’économie circulaire

Présidé par le député François-Michel Lambert, également vice-président de la commission développement durable de l’assemblée nationale, l’institut de l’économie circulaire a été créé le 6 février 2013. Groupes de réflexions, ateliers, expérimentations, communication… L’Institut travaille à la rédaction d’ici à 2014 d’un livre blanc et à l’élaboration d’un projet de loi en 2017.

 


Des régions se lancent

PICARDIE - Mise en place d’une stratégie régionale «écologie industrielle»

Un travail d’étude pré-opérationnelle est en cours visant à :

  • recenser les bassins présentant des potentiels en la matière ;
  • expérimenter concrètement les synergies sur deux sites pilotes ;
  • mettre en place des moyens d’accompagnement par la Région de futures dynamiques en la matière.

 

NORD-PAS-DE-CALAIS - Lancement de la 3me révolution industrielle

Après Ecopal Dunkerque, qui rassemble 200 entreprises pionnières dans l'écologie industrielle, le Nord Pas-de-Calais a confié à Jeremy Rifkin son projet de « 3ème révolution industrielle » Objectif : promouvoir le concept à l'échelle de la région, une première en France.

 

AQUITAINE - La région publie son premier plan en faveur de l’économie circulaire

Lire l'interview du directeur général du développement durable su Conseil régional d'Aquitaine

Dernière mise à jour le 07.07.2016