Imprimer

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

Quantité de matériaux récupérés par collecte sélective d'emballages ménagers en Bourgogne

Indicateur Déchets

2010

Définition

En 2007, au niveau national, il reste dans les OMR une partie importante de déchets ciblés par les collectes sélectives. Seule la moitié des journaux magazines revues et des emballages collectés par le service public (y compris en provenance des activités économiques) sont captés par les collectes sélectives[1]. Le décret du 1er avril 1992 rend tout producteur ou importateur responsable de la valorisation des emballages des produits destinés aux ménages. Les industriels concernés peuvent confier cette responsabilité à une société agréée (Eco-emballages ou Adelphe), en lui versant une contribution par emballage mis sur le marché. Le produit en est redistribué aux collectivités pour les aider à développer la collecte sélective de cinq matériaux : le verre, les papiers-cartons, l’acier, l’aluminium, les plastiques.

Cet indicateur  prend en compte à la fois les collectes par apport volontaire dans des conteneurs et celles en porte à porte chez les ménages.

Les quantités de matériaux indiquées comme "recyclées" sont celles collectées lors de la collecte sélective moins les refus de tri qui ont lieu en centres de tri. Il est à noter que le verre ne transite pas par les centres de tri et est orienté directement vers les usines de recyclage.



[1] Source : Ademe. La composition des ordures ménagères et assimilées en France - Campagne nationale de caractérisation 2007. Page 16

Analyse

Matériaux recyclés issus de collectes sélectives multimatériaux dans les départements bourguignons

Les premières collectes sélectives multimatériaux ont été mises en place en Bourgogne en 1994 : elles desservaient alors 40 communes, et 4% de la population régionale. Toutes les communes bourguignonnes sont désormais desservies depuis 2007, regroupant 100% de la population.

Parallèlement à l’extension de cette desserte, les quantités de déchets collectés sélectivement ont également rapidement augmenté. Elles sont passées de moins de 1 000 tonnes en 1994 à plus de 143 000 tonnes en 2008. Après une baisse en 2009, elles atteignent en 2010 le même niveau qu’en 2008 : 143 140 tonnes dont environ 48 000 tonnes en Côte-d'Or, 18 500 tonnes dans la Nièvre, 51 000 tonnes en Saône-et-Loire et un peu moins de 25 000 tonnes dans l'Yonne.

Après leur tri, ce sont en définitive de l'ordre de 130 000 tonnes issues des collectes multimatériaux qui ont ainsi été orientées vers les usines de recyclage, ce qui représente un taux de refus moyen de 15% sur les matériaux (verre exclus). Les taux de refus moyens sont de 12% en Côte-d'Or, 14% dans la Nièvre, 22% en Saône-et-Loire et 8% dans l'Yonne.

  • Le verre représente 46% des quantités recyclées, les journaux et magazines 36%.
  • En moyenne, 79 kg de matériaux ont été recyclés par habitant desservi en Bourgogne en 2010 :
-       160 g d’aluminium,
-       2 kg d’acier,
-       4 kg de plastiques,
-       8 kg de papiers - cartons d’emballages (dont tétra briks),
-       28.5 kg de journaux - magazines,
-       36.5 kg de verre
-       Et 40 g d’emballages en mélange.
Matériaux recyclés issus de collectes sélectives multimatériaux en Bourgogne

Les quantités moyennes de matériaux recyclés en 2010 par habitant ont été de 86 kg en Côte-d'Or, 78 kg dans la Nièvre, 80 kg en Saône-et-Loire et 69 kg dans l'Yonne.

Ces taux sont en diminution ou stagnent depuis 2008 à cette date, ils étaient de 90 kg en Côte d’Or, 81 Kg dans la Nièvre, 82 Kg en Saône et Loire et 69 Kg dans l’Yonne.

Enjeux

Les déchets représentent une menace pour l’environnement, notamment parce qu’ils constituent une source potentielle de pollution de l’air, de l’eau et des sols. Ils représentent également un gaspillage de matières premières et d’énergie. Avec l’évolution des modes de vie, la production de déchets ménagers par Français a augmenté de 30% entre 1972 et 1990.

Une nouvelle politique de gestion de ces déchets se met en place depuis la loi de juillet 1992 et s’organise dans le cadre des plans départementaux. La circulaire du Ministère de l’environnement d’avril 1998 relative à la mise en œuvre et à l’évolution de ces plans précise qu’à terme, « la moitié de la production de déchets dont l’élimination est de la responsabilité des collectivités locales soit collectée pour récupérer des matériaux en vue de leur réutilisation, de leur recyclage, de leur traitement biologique ou de l’épandage agricole ».

Pour en savoir plus

Filtres

Publication Alterre :

Thème(s) :