Imprimer

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

Le syndrome Not In My Backyard

Témoignage de Sarah Moyse, directrice, FREDON

Juin 2010

La FREDON (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) accompagne les collectivités dans la mise en place de plans de désherbage. Elle est confrontée à l’attitude ambivalente d’une partie de la population. D’un côté, il y a un souhait fort "d’environnement" qui se traduit par divers comportements comme la consommation de produits bio ; de l’autre, ces mêmes personnes peuvent avoir des réactions assez tranchées sur la présence de mauvaises herbes sur les trottoirs devant leur maison ou dans leurs jardins. "On veut de l’environnement", mais à condition que cela ne change rien par ailleurs, et que ce soit mis en oeuvre par les autres, en l’occurrence, les agriculteurs qui produisent des légumes bio en dehors de la ville. On parle alors du syndrome NIMBY pour Not in my backyard largement décrit par les sociologues depuis les années 1980. Or il est impossible de réduire les applications de désherbants sans revoir notre référentiel de tolérance aux mauvaises herbes. Si l’on veut réussir à réduire l’usage des pesticides, la sensibilisation du citoyen est incontournable.

 

(Extrait de Repères n° 54 - La nature urbaine, ressources pour une ville durable)

Filtres

Publication Alterre :

Thème(s) :

Action(s) partenariale(s) :