Imprimer

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

Quantité de déchets collectés dans les déchèteries en Bourgogne et taux de valorisation par catégorie de déchets

Indicateur Déchets

2010

Définition

Une déchèterie est un espace clôturé, aménagé et gardienné, qui permet aux particuliers, et parfois aux professionnels, de déposer des déchets de natures variées : encombrants, ferraille, bois, verre, plastiques, papiers-cartons, huiles, déchets verts et fermentescibles, déchets ménagers spéciaux… Cet indicateur prend en compte l’ensemble des déchets collectés par les déchèteries, sauf les déchets dangereux (piles, batteries, huiles de vidange, peintures…).

Chaque type de déchets est déposé dans une benne différente. La déchèterie joue un rôle d’orientation vers les filières de valorisation ou d’élimination appropriées. Les déchets peuvent suivre quatre types de destination :

  • Valorisation matière (recyclage, compostage),
  • Incinération avec récupération d’énergie,
  • Elimination (incinération sans récupération d’énergie, mise en décharge),
  • Filière illégale (décharges brutes, brûlage…)

Le taux de valorisation de chaque catégorie de déchets est déterminé par le rapport entre les quantités qui suivent des filières de valorisation matière et les quantités collectées.

Analyse

Les 210 déchèteries en fonctionnement fin 2010 ont collecté près de 266.000 tonnes de déchets, auxquels s’ajoutent près de 84.000 tonnes de déblais et gravats. Ces tonnages ont été multipliés par 2,4 entre 1999 et 2010 sur l’ensemble de la Bourgogne : par 2,7 en Côte d'Or, par 3,8 dans la Nièvre, par 1,7 en Saône-et-Loire et par 4,4 dans l'Yonne.

Déchets reçus en déchèteries hors déblais et gravats

Contrairement aux années précédentes, la région connait entre 2009 et 2010 une diminution de 1% des quantités de déchets collectés. Pour l’année 2010, les tonnages sont constitués principalement de 38% de bois et déchets verts, de 24% de déchets en mélange et encombrants divers des ménages, de 24% de déblais et gravats, de 6% de déchets métalliques et de 4% de papiers-cartons. Pour la première fois, les quantités collectées pour certains flux de déchets diminuent comme par exemple le bois et déchets verts (-1,4%) ou les déchets métalliques (-6.07%).

Depuis 2006, une nouvelle filière de valorisation des DEEE[1] est opérationnelle, ces déchets sont donc bien distingués des encombrants. Leur collecte auprès des ménages se fait désormais soit par le biais des collectivités locales (en déchèteries) soit par le biais des distributeurs qui sont tenus de les reprendre avec la règle du « 1 pour 1 » : un équipement acheté, un équipement repris. Les DEEE collectés sont ensuite enlevés et valorisés par différents prestataires. En 2010, 10.904 tonnes de DEEE ont été collectés.

Les quantités de déchets collectés par les déchèteries (hors déblais et gravats) représentent en 2010 environ 164 kg par habitant desservi contre 112 kg en 1999. La quantité collectée varie de façon importante selon les départements. Les déchèteries de l’Yonne ont collecté en moyenne 133 kg de déchets par habitant desservi, celles de la Côte-d’Or 156 kg, celles de la Nièvre 180 kg, et celles de Saône-et-Loire 184 kg.

La totalité des tonnages collectés ne fait cependant pas l’objet ensuite d’une valorisation. Le taux de valorisation moyen des déchets reçus en déchèterie (hors déblais et gravats) a été de 66% en 2010. Il est en faible progression par rapport à 2009.

En effet, si certains types de déchets sont fortement valorisés (déchets verts, papiers-cartons, DEEE, textiles, pneus…), les encombrants ménagers divers et le « tout venant » ne le sont pas du tout alors qu’ils représentent respectivement 17% et 7% des quantités collectées.



[1] DEEE : Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques incluant tous les composants, sous ensemble et consommables spécifiques. Ils comprennent les produits « blancs » (électroménager), les produits « bruns » (TV, vidéo, Hi-fi) et les produits gris (bureautique, informatique). Certains de ces équipements contiennent des composants renfermant des substances dangereuses : cadmium, plomb, mercure, fluides frigorigènes, ignifugeants halogénés, amiante….

Enjeux

Les déchèteries ont été créées à l’origine pour accueillir les déchets volumineux (encombrants, gravats, déchets de jardin…) dont les particuliers, artisans et commerçants ne peuvent se défaire dans le cadre de la collecte habituelle des ordures ménagères. L’objectif était de réduire le nombre des décharges brutes et dépôts sauvages. Existants en dehors de toute autorisation et règles d’exploitation, ces derniers sont susceptibles de présenter des impacts sur l’environnement : contamination des sols et des eaux, impact paysager, nuisances pour les riverains. La résorption des décharges brutes apparaît comme un des objectifs de la nouvelle politique de gestion des déchets. Les déchèteries peuvent accompagner leur fermeture en offrant une alternative au dépôt des déchets dans ces décharges.

Pour en savoir plus

Filtres

Publication Alterre :

Thème(s) :