Accueil > Ressources > Indicateurs > Population desservie par une collecte sélective de biodéchets

Ressources

Population desservie par une collecte sélective de biodéchets

Indicateur Déchets

Description

Définition

Les collectes sélectives de déchets biodégradables (« biodéchets ») permettent de collecter spécifiquement ces déchets pour les valoriser ; il s’agit de la fraction fermentescible des ordures ménagères (déchets alimentaires) et de certains déchets verts (fleurs coupées, feuilles de plantes vertes, plantes d’intérieur).

Outre les collectes de biodéchets, il existe des collectes de déchets verts seuls (déchets de jardin).

Cet indicateur recense la population desservie par ces collectes en distinguant les collectes de « biodéchets » de celles qui concernent les déchets verts seuls.

Population desservie par une collecte de biodéchets en Bourgogne

Analyse

Biodéchets :

La première collecte sélective de biodéchets mise en place en Bourgogne date de 1992 à Gueugnon. Le nombre d’habitants desservis par ce type de collecte ne cesse d’augmenter en dix ans : 65 120 habitants en 1999 contre 227 612 habitants en 2009 (14% de la population bourguignonne).

En juillet 2009, la Communauté Urbaine Creusot-Montceau (CUCM) a arrêté de collecter les biodéchets en porte à porte pour tout type d'habitat : 19 communes et 90 326 habitants ne sont donc plus concernés par ce type de collecte pour l’année 2010. En un an, La part de la population desservie par une collecte de biodéchets passe de 15% à 2% pour la Saône-et-Loire due au choix de la CUCM.

Fin 2010, la Bourgogne compte 335 communes desservies par une collecte de biodéchets (16% des communes de la région). On compte également 29 collectes sélectives en région qui desservent 161 127 habitants exclusivement en porte à porte (10% de la population). Elles desservent respectivement 51% de la population de la Nièvre, 12% de la population de l'Yonne et 2% pour la Saône-et-Loire. La Côte d’Or n’a mis en place aucune collecte sélective de biodéchets en 2010.

Déchets verts seuls :

7 collectivités de Bourgogne sont concernées par une collecte sélective de déchets verts seuls en 2010 soit 44 communes desservies (2% des communes bourguignonnes). De 1999 à 2004, les collectes sélectives de déchets verts seuls ont des difficultés à se mettre en place. Entre 2004 et 2007, ce type de collecte a le vent en poupe : le nombre de collecte de déchets verts seuls augmente de 64%. Sauf qu’à partir de 2008, toutes les collectivités ne font pas le choix de mettre en place de telles collectes sélectives. Certaines favorisent le compostage domestique. Ainsi 18 collectivités avaient mis en place une collecte de déchets verts seules en 2007 contre 7 en 2010 soit 28 349 habitants desservis (2% de la population bourguignonne).

En Côte d’Or, le Grand Dijon est la seule collectivité à avoir mis en place ce type de collecte soit 22 communes concernées (3% des communes du département). Pour l’Yonne,  la commune de Saligny est concernée par ce type de collecte soit 657 habitants desservis et seulement 0.2% de la population du département. En Saône-et-Loire, 5 collectivités sont concernées par ce type de collecte soit 21 communes (4% de communes du département). La Nièvre ne comptabilise aucune desserte de déchets verts seuls en 2010.

Enjeux

Les déchets exercent une pression sur l’environnement : ils constituent notamment une source potentielle de pollution de l’air, de l’eau et des sols. Ils représentent également un gaspillage de matières premières et d’énergie. Avec l’évolution des modes de vie, la production d'ordures ménagères par Français a doublé en 40 ans et continue de croître à raison d'1 à 2% par an. (source : www.ademe.fr).

Une nouvelle politique de gestion de ces déchets s’est mise en place depuis la loi de juillet 1992 et s’organise dans le cadre des plans départementaux. La circulaire du Ministère de l’environnement d’avril 1998 relative à la mise en œuvre et à l’évolution de ces plans précise qu’à terme, « la moitié de la production de déchets dont l’élimination est de la responsabilité des collectivités locales soit collectée pour récupérer des matériaux en vue de leur réutilisation, de leur recyclage, de leur traitement biologique ou de l’épandage agricole ».

Afin d’atteindre cet objectif, une valorisation des déchets est nécessaire. Après la valorisation des déchets recyclables, celle des déchets organiques devient ainsi un enjeu pour les années à venir. Le traitement biologique des déchets fermentescibles présente un double bénéfice, environnemental et économique. La valorisation de ces déchets contribue à réduire les quantités de déchets à éliminer, et donc notamment à retarder la saturation des décharges. Elle permet également de diminuer les coûts de traitement par rapport à la mise en décharge et à l’incinération.

Informations complémentaires

Les « biodéchets » : un gisement important.

Les déchets biodégradables des ménages (« biodéchets ») comprennent les déchets alimentaires, les déchets de jardin (déchets verts), les papiers et les cartons. Les collectes mises en place en Bourgogne concernent soit les seuls déchets de cuisine, soit les déchets de cuisine et les déchets de jardin et, dans certains cas, les papiers souillés également. Certaines collectivités organisent des collectes dédiées uniquement aux déchets de jardin (déchets verts).

Les déchets de cuisine et de jardin constituent un gisement valorisable important : ils représentent près de 30% du poids des ordures ménagères. Pour une collecte de déchets de cuisine, les résultats se situent entre 25 et 35 kg par habitant par an. Pour une collecte de déchets de cuisine et de déchets verts, ils se situent entre 80 et 90kg pour des bacs de volumes réduits, entre 130 et 150 kg pour des bacs de volumes plus importants.

Pour en savoir plus

  • Population desservie par une collecte sélective de déchets fermentescibles et quantité récupérée (DEC014)
  • Opérations de compostage individuel menées par les collectivités (DEC013C)

Informations pratiques

Sources : Enquête « Collecte » réalisée annuellement auprès des collectivités par l’ADEME Bourgogne et les conseils généraux de la Côte d’Or, de la Nièvre et de la Saône-et-Loire Jusqu’en 2005, population RGP 99. A partir de 2006, population estimée par l’ADEME

Thème(s) : Déchets


Facebook Alterre Bourgogne-Franche-ComtéTwitter Alterre Bourgogne-Franche-ComtéFlux RSS Alterre Bourgogne-Franche-Comté