Imprimer

Conférence "Décider aujourd'hui pour demain"

Les élus et les décideurs territoriaux sont de plus en plus confrontés à des questions complexes nécessitant de prendre des décisions dont les résultats ne seront visibles que demain voire après-demain. Il s’agit de questions souvent empreintes d’incertitudes, non seulement qui relèvent de multiples domaines - sciences fondamentales, projet de société, géopolitique -, mais aussi dont les réponses auront des conséquences sur l’ensemble de la société en termes de développement économique, de sécurité énergétique, de compétitivité, d’emploi ou encore d’éducation. La lutte contre le changement climatique est un bon exemple : la connaissance de la situation actuelle et les prévisions des scientifiques imposent de prendre des décisions dès à présent mais… Comment gérer l’incertitude et la pluralité de perspectives ? Comment faire accepter à la société la prise de risque ? Comment prendre en compte les différents horizons temporels dans la gestion du territoire ? Autant d’interrogations et d’éléments de réflexion qui seront portés au débat le 10 février.

Conférence introductive - Défi pour la démocratie et changements environnementaux globaux

Dominique BOURG, philosophe, professeur à la faculté des Géosciences et de l'Environnement de l'Université de Lausanne, vice-président de la Fondation Nicolas Hulot

Table ronde n°1 - Comment prendre une décision dans un contexte d’incertitude ?

Face à des menaces complexes, invisibles, largement imprévisibles, voire inconnues, dont les effets sont décalés dans l'espace et le temps, le politique est démuni quant à la prise de décision et l'impératif d'action. Entre la "dictature des experts" et la mise en avant de groupes de pression qui, sous couvert de participation, réduisent l'intérêt général à la somme d’intérêts individuels, la marge d'action est étroite.

Magali REGHEZZA, maître de conférence en Géographie à l'École normale supérieure

Le drame du projet du barrage à Sivens nous rappelle que les questions environnementales sont controversées par nature. Quelle éducation à la décision collective en situation d’incertitude, à une citoyenneté scientifique critique et active, pourrait faire en sorte que ces controverses ne deviennent pas conflictuelles ?

Olivier MORIN, formateur à l'École supérieurs du professorat et de l'éducation de l'académie de Lyon, chercheur associé à l’UMR Education, Formation, Travail, Savoirs de Toulouse

Une des approches de la complexité passe par l’examen de la situation à partir de différents points de vue, la perception de la nécessité de recherches complémentaires, l’expression de scepticisme vis-à-vis d’informations potentiellement biaisées. Comment passer de la connaissance à l’action ? La convention des citoyens en tant qu'outil de participation démocratique et de prise de décision dans la gestion des biens communs y contribue.

Elena PASCA, philosophe, administratrice à la Fondation Sciences citoyennes

Table ronde n°2 - Comment élaborer une vision partagée du territoire ?

L’une des voies vers un développement plus durable, est l’évolution d’actions faites « pour » les citoyens, vers des projets construits et mis en œuvre « avec » eux. Aussi, toutes démarche territoriale de DD doit être fondée sur un processus participatif étayé. L’acte politique, précédé d’un travail avec la société civile, produit des effets structurants sur le long terme et constitue un vecteur de cohérence de l’action publique locale.

Florence DENIER-PASQUIER, vice-présidente de France nature environnement, membre du Conseil économique, social et environnementale

Jo SPIEGEL, conseiller général du Haut-Rhin, maire de Kingersheim, président délégué de l'agglomération de Mulhouse

Table ronde n°3 - Décision politique et temporalités : les territoires, accélérateurs de la transition ?

Face aux défis environnementaux à relever, nous savons ce que nous devons faire mais nous ne le faisons pas. N’allons pas croire que la politique « des petits gestes » suffira ! Les responsabilités doivent être clairement réparties entre le collectif et l’individu. Et les territoires doivent aussi s’emparer, à leur niveau, de l’enjeu écologique.

Catherine LARRERE, professeur émérite à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, spécialiste de philosophie morale et politique

Hélène LE TENO, manager, cabinet de conseil Carbone 4

Jacques PALLAS, maire de Saint-Georges-sur-Arnon (Indre)