Accueil > Ressources > Consulter toutes les ressources > La Nièvre invente collectivement son avenir ;Interview de Patrice Joly, président du Conseil départemental de la Nièvre

Ressources

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

La Nièvre invente collectivement son avenir

Interview de Patrice Joly, président du Conseil départemental de la Nièvre

octobre 2015

Engagé dans une stratégie de développement territorial depuis 2000 avec le programme « Nièvre 2010 », le département de la Nièvre a relancé, dans la foulée, un programme d’action politique qui engage à se projeter dans l’avenir et à développer une vision partagée du territoire. Avec un clin d’œil à l’Agenda 21, « Nièvre 2021 » est la contribution d’une collectivité territoriale aux enjeux globaux du développement durable.

Quels sont les ressorts du programme « Nièvre 2021 » ? 

Nous nous sommes dits : Essayons de construire notre développement à partir de ce que l’on est et de notre potentiel de développement en termes de ressources humaines et naturelles. Sortons des logiques de massification, de la course à la productivité et au rendement. Recherchons un développement de niche, soyons sur la « qualité » plutôt que sur les « volumes ». Faisons évoluer le regard que nous portons sur nous-mêmes et n’essayons pas de ressembler aux autres. Sur quoi repose notre identité ? Considérons que la nature, qui est l’un de nos principaux atouts, représente un potentiel de développement.  Il s’agit là d’une autre manière d’envisager les choses, non plus sous l’angle de la contrainte, mais de l’écodéveloppement, du potentiel d’activité économique et du mieux-être individuel.

Comment le programme « Nièvre 2021 » impulse-t-il une démarche territoriale collective ?

Si la démarche est portée par le Conseil départemental, il ne s’agit pas pour autant d’un projet d’institution où la collectivité serait responsable de la totalité de la mise en œuvre du projet, mais d’un projet territorial, mis en partage avec tous ceux qui interviennent sur le territoire : les institutions, les associations, les citoyens, les acteurs économiques. L’idée est d’avoir des entreprises qui puissent se faire certifier sur l’écodéveloppement, que les collectivités qui contractualisent avec le Conseil départemental entrent dans des logiques de développement durable et que les autres acteurs, à l’exemple du SDIS 58 et de son Agenda 21,  s’engagent également.  L’objectif est de faire en sorte que notre territoire tire parti de cette dynamique et soit reconnu à travers les certifications et labellisations des entreprises et collectivités locales.

Quelle place occupent les co-acteurs de ce projet ?

Nous avons identifié une quarantaine de chantiers à lancer dans différents secteurs, avec un chef de file (conseil départemental, syndicat, associations…) pour chacun d’eux (pas forcement dans la majorité départementale !). Globalement, ça a bien fonctionné, il y a eu une bonne mobilisation. Tout le monde a joué le jeu et s’est inscrit dans une volonté de travail prospectif, collectif et partenarial. Quand les entreprises voient l’intérêt pour l’ensemble d’une zone d’activité d’être certifiée, c’est que la performance économique possible derrière ces démarches devient évidente. De telles démarches collectives favorisent un essaimage des pratiques et redonnent de la fierté et de la dignité à chacun car elles permettent de cultiver l’estime du territoire.

Peut-on dire que le conseil départemental joue un rôle de premier de cordée ?

Nous avons la responsabilité de l’institution c’est-à-dire celle d’exercer les compétences qui nous sont confiées. Le suffrage universel nous confère la légitimité et un rôle d’ambassadeur de notre territoire. Il nous revient donc de le développer, de le stimuler, de l’animer, d’explorer de nouvelles voies et de prendre des risques avec une vision à long terme.

 

(Extrait de Repères n°69 Les politiques publiques de développement durable : des outils au service des territoires)

 

Filtres

Publication Alterre :

Action(s) partenariale(s) :


Facebook Alterre Bourgogne-Franche-ComtéTwitter Alterre Bourgogne-Franche-ComtéFlux RSS Alterre Bourgogne-Franche-Comté