Accueil > Ressources > Consulter toutes les ressources > La Trame verte et bleue (TVB) pour améliorer la qualité de l'eau et limiter les inondations ;Marc Labulle, maire de Cheilly-lès-Maranges (71) et président du Syndicat mixte des affluents rive gauche de la Dheune

Ressources

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

La Trame verte et bleue (TVB) pour améliorer la qualité de l'eau et limiter les inondations

Marc Labulle, maire de Cheilly-lès-Maranges (71) et président du Syndicat mixte des affluents rive gauche de la Dheune

décembre 2015

Le bassin versant de la rivière Dheune (affluent de la Saône) est couvert par quatre syndicats de rivière qui se partagent un territoire englobant 123 communes. Le syndicat mixte des affluents rive gauche de la Dheune est l’un d’entre eux. Il rassemble 36 communes adhérentes et gère six rivières et leurs affluents, soit un linéaire d’environ 100 km de cours d’eau. Le syndicat a pour mission de réaliser les études et les travaux de restauration et d’entretien des cours d’eau pour prévenir les inondations et préserver les milieux aquatiques. Concrètement, les travaux entrepris, déclarés d’intérêt général par arrêté préfectoral, consistent à entretenir la végétation et à restaurer la continuité écologique et sédimentaire des cours d’eau. Chaque fois que cela est possible, nous redonnons un aspect naturel aux rivières par exemple, en remettant en eau d’anciens méandres qui permettent en dehors des zones urbanisées de freiner la vitesse de l’eau en période de crue et de favoriser des zones d’expansion. Nous sommes également amenés à remettre en circulation ou retirer les sédiments accumulés au pied des ouvrages d’art comme les ponts.

En 2011, nous avons lancé, sur  la Cozanne,  un projet d’effacement de quatre ouvrages identifiés Grenelle en réponse aux objectifs de la directive cadre sur l’eau. Réalisés au cours des 18e et 19e siècles pour alimenter des moulins ou des lavoirs, ces ouvrages étaient matérialisés par  des seuils ou des barrages. Ils formaient des ruptures dans la continuité écologique et sédimentaire de la rivière. Notre projet a duré deux ans. De nombreux partenaires nous ont accompagné dans cette démarche : l’EPTB pour les aspects techniques et d’assistance à maîtrise d’ouvrage ; l’ONEMA, la DDT et les services préfectoraux pour les aspects réglementaires. Nous avons aussi engagé une importante concertation avec toutes les parties prenantes et en premier lieu les propriétaires des ouvrages et titulaires du droit à l’eau, mais aussi les associations de pêcheurs, les collectivités, etc... Pour financer ces travaux nous avons bénéficié de subventions à hauteur de 80% de l’agence de l’eau RMC et de la Région.  

Il est essentiel d’associer tous les acteurs concernés à chaque étape du projet pour que chacun trouve un intérêt à se réapproprier la rivière. Il ne faut pas hésiter à prendre du temps et à aller voir les gens pour bien expliquer les tenants et les aboutissants du projet, son intérêt général, tout en étant ouverts au compromis. Les collectivités doivent aussi montrer l’exemple. Dans ce cas, la commune de Cheilly-les-Maranges était propriétaire d’un bel ouvrage en pierre de taille qui devait être effacé. Le compromis trouvé a été de conserver quelques beaux parements de pierres en pied de berge pour garder une trace du passé. Au final, le projet a été parfaitement accepté. Nous avons maintenant moins de problèmes d’inondations et la rivière a vu évoluer la présence d’espèces de poissons comme la truite fario, indicateur d'un milieu et d’une eau de meilleur qualité.

 

(Extrait de Repères n°70 La Trame verte et bleue : pour concilier aménagement et biodiversité)

Filtres

Publication Alterre :

Thème(s) :


Facebook Alterre Bourgogne-Franche-ComtéTwitter Alterre Bourgogne-Franche-ComtéFlux RSS Alterre Bourgogne-Franche-Comté