Accueil > Ressources > Consulter toutes les ressources > L’indicateur d’interdépendance des entreprises à la biodiversité (IIEB) ;Interview de Hélène Leriche, responsable Biodiversité, ORÉE

Ressources

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

L’indicateur d’interdépendance des entreprises à la biodiversité (IIEB)

Interview de Hélène Leriche, responsable Biodiversité, ORÉE

décembre 2014

ORÉE est une association multi-acteurs qui, depuis plus de 20 ans, rassemble des entreprises, collectivités territoriales, associations professionnelles et environnementales, organismes académiques et institutionnels. Sa mission : développer une réflexion commune sur les meilleures pratiques environnementales et mettre en oeuvre des outils nécessaires à une gestion intégrée de l’environnement à l’échelle des territoires. En 2006, l’association a développé l’indicateur d’interdépendance des entreprises à la biodiversité (IIEB).

Pourquoi avoir développé l’outil IIEB ?

Souvent imposée par la réglementation, la préservation de la biodiversité peut n’apparaître pour l’entreprise que comme une contrainte. Pourtant, la biodiversité est le socle de nos activités. Pour envisager les relations entreprise-biodiversité, il nous est apparu fondamental de commencer par poser un état des lieux des interdépendances entre les activités de l’entreprise - à tous les niveaux - et la biodiversité, de définir les enjeux, avant qu’une stratégie soit élaborée et que des solutions soient recherchées. L’IIEB a donc été construit par le groupe de travail Biodiversité-Economie d’OREE, avec la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), comme un outil appropriable par tous au sein d’une entreprise, quel que soit son métier, avec pour objectifs de changer les regards, de partager un langage commun, de prendre conscience et d’évaluer.

Qui peut l’utiliser ?

L’IIEB, présenté dans le guide ORÉE « Intégrer la biodiversité dans les stratégies des entreprises », est une méthode simple dont le champ d’application concerne le produit semifini, fini ou l’activité. Il permet à toute entreprise (TPE, PME, grand groupe) mais aussi à toute collectivité de procéder à son auto-évaluation. La grille d’analyse comprend une vingtaine de critères. Associer une explication à l’évaluation de chacun des critères permet d’approcher qualitativement la perception de la structure vis-à-vis de son interdépendance à la biodiversité.

Existe-t-il des retours d’expérience ?

Le guide précité a été suivi de « La gestion de la biodiversité par les acteurs : de la prise de conscience à l’action », soutenu par la Convention sur la Diversité biologique. Cet ouvrage témoigne des différentes pistes d’intégration de la biodiversité dans la stratégie des
acteurs en s’appuyant sur les exemples d’une vingtaine d’adhérents et partenaires d’ORÉE afin de permettre à chacun, à partir d’un cadre commun, de tracer son propre chemin.

Hélène Leriche

www.oree.org - www.entreprises-biodiversite.fr

 

(Extrait de Repères n°67 Le capital naturel : bien commun, socle d’un développement soutenable)

Filtres

Publication Alterre :

Thème(s) :


Facebook Alterre Bourgogne-Franche-ComtéTwitter Alterre Bourgogne-Franche-ComtéFlux RSS Alterre Bourgogne-Franche-Comté