Accueil > Ressources > Consulter toutes les ressources > La biodiversité : une source d'inspiration sans limite ;Témoignage d'Emmanuel Delannoy (Institut INSPIRE)

Ressources

Affichage détaillé (Ressources)


Vignette

La biodiversité : une source d'inspiration sans limite

Témoignage d'Emmanuel Delannoy (Institut INSPIRE)

décembre 2014 - 16 pages

L’Institut INSPIRE (Initiative pour la promotion d’une industrie réconciliée avec l’écologie et la société), société coopérative d’intérêt collective (SCIC), est un centre de réflexion, de mutualisation des connaissances et d’actions au service de la réconciliation de l’économie et de la biosphère. A sa création, l’institut s’est largement inspiré d’un ouvrage de référence intitulé « Natural Capitalism » de Paul Hawken, Amory Lovins et Hunter Lovins pour définir les principes fondateurs de la transition vers un modèle de développement économique créateur d’emplois, capable de créer plus de richesses et de bien-être tout en consommant moins de ressources naturelles. L’institut vise à rendre possible cette transition notamment en articulant quatre principes stratégiques : l’augmentation de la productivité des ressources naturelles, le biomimétisme, l’économie circulaire et de fonctionnalité, l’investissement dans le capital naturel, avec des solutions déclinées aux plans organisationnels, économiques et techniques.

Ces principes prennent tout leur sens quand ils sont combinés et non pris isolément même si le dernier suppose une réflexion éthique préalable et un vrai débat démocratique, pour éviter de potentielles dérives liées à la tentation d’une instrumentalisation toujours plus poussée du vivant. Les notions de « biens communs » et de « solidarité écologique », développées depuis par d’autres auteurs*, apportent des compléments indispensables pour canaliser cette nécessaire « gestion » de la biodiversité.

L’Eastgate Centre : un exemple de réalisation en biomimétisme L’Eastgate Centre à Harare, au Zimbabwe, est un bon exemple de la révolution discrète qui est à l’oeuvre. Cet immeuble regroupant des bureaux et un centre commercial a été imaginé par l’architecte Michael Pearce qui s’est inspiré de la structure des termitières pour concevoir les systèmes de ventilation, de refroidissement et de chauffage très économe en énergie. Les termitières, situées en zones aux températures variant de 40 à 50°C, sont construites de manière à créer un système de ventilation naturelle qui maintien une température intérieure constante de 30°C environ. Le secret de cette climatisation réside dans un courant d’air naturel permis par de hautes cheminées centrales qui surplombent le nid d’où l’air chaud est évacué et par de petits trous situés à la base du nid par lesquels l’air extérieur entre. Cet air circule sous terre où il est rafraîchi au contact de puits très profonds (de 15 à 20 m en général, parfois jusqu’à 70 m) que
les ouvrières creusent pour atteindre les nappes phréatiques. L’air frais remonte dans la meule (qui est le centre de la termitière et le lieu de résidence des termites) de la termitière qu’il vient rafraîchir, puis ressort réchauffé par les cheminées, et ainsi de suite. La nuit, la température extérieure peut atteindre 0°C, les ouvertures sont alors obstruées afin de garder la température à 30°C dans la termitière. Ainsi, l’Eastgate Centre est très peu énergivore et a notamment permis d’économiser 3,5 millions de dollars sur la facture énergétique au cours des cinq premières années.

Emmanuel Delannoy

 

(Extrait de Repères n°67 Le capital naturel : bien commun, socle d’un développement soutenable)

Filtres

Publication Alterre :


Facebook Alterre Bourgogne-Franche-ComtéTwitter Alterre Bourgogne-Franche-ComtéFlux RSS Alterre Bourgogne-Franche-Comté